Le réglement intérieur

 

1- Attitudes oppressives

De par son engagement, l’association Féministes Plurielles ne tolère pas les attitudes oppressives, notamment sexistes, racistes, hétérosexistes* (homophobes, biphobes…), cissexistes* (transphobes,…), islamophobes, antisémites, putophobes, grossophobes, classistes* , validistes*, capacitistes*, psychophobes*…

 

*Lexique :

  • Hétérosexiste : L’hétérosexisme est le système de comportements, de représentations et de discriminations favorisant l’hétérosexualité. Il comprend la présomption que chacun.e est hétérosexuel.le ou que les personnes non hétérosexuelles sont inférieures aux personnes hétérosexuelles.
  • Cissexiste : Le cissexisme est le système de comportements, de représentations et de discriminations favorisant le fait d’être cisgenre. Il comprend la présomption que le genre d’une personne est lié à l’apparence de ses organes génitaux externes et/ou interne ou que les personnes trans, non binaires et intersexes sont inférieures aux personnes cis. Cela se traduit par l’invisibilisation à grande échelle et l’exclusion générale des personnes trans et intersexes, l’invalidation de leurs identités et de leurs genres, leur psychiatrisation, etc.
  • Classiste : Le classisme est le système de comportements, de représentations et de discriminations favorisant les classes sociales élevées. Il comprend les traitements de défaveur face à la justice, l’accès au travail, au logement, aux études, la présomption que tout le monde a eu accès aux mêmes connaissances, et la présomption que les personnes pauvres sont inférieures aux autres personnes.
  • Validiste : Le validisme est le système de comportements, de représentations et de
    discriminations favorisant les personnes valides, c’est à dire sans handicap du point de
    vue médical, physiologique ou psychiatrique. Il comprend l’invisibilisation des personnes
    handicapées, la présomption que toute personne normale est valide, ou que les
    personnes handicapées sont inférieures aux personnes valides.
    La personne concernée par un handicap peut ressentir, dans ce cas, ignorance de sa personne, rejet, reproches.
  • Capacitiste : Le capacitisme est le système de comportements, de représentations et de
    discriminations favorisant les personnes valides, c’est à dire sans handicap du point de
    vue médical, physiologique ou psychiatrique. Il comprend l’invisibilisation des personnes
    handicapées, la présomption que toute personne normale est valide, ou que les
    personnes handicapées sont inférieures aux personnes valides. La personne concernée
    par un handicap peut ressentir, dans ce cas, ignorance de sa personne, rejet,
    reproches.
  • Psychophobe : La psychophobie est le système de comportements, de représentations et de discriminations favorisant les personnes neurotypiques, c’est à dire ne présentant pas de pathologie mentale ou n’étant pas patient.e.s de la psychiatrie. Il comprend la présomption que toute personne est neurotypique, ou que les personnes neuroatypiques sont inférieures aux personnes neurotypiques.

 


 

2- Respect des ressentis de chacun.e

L’association tient à ce que le ressenti de chacun.e subissant une ou plusieurs oppressions soit respecté. Par conséquent, il n’est pas toléré de remettre en cause un ressenti*. Le but est de libérer la parole, avec un maximum de confiance.

 

*Lexique :

Un ressenti se définit comme le jugement, l’émotion et/ou le sentiment personnels liés à une ou plusieurs expériences vécues.

3-Médiation au sein de l’association en cas de conflit

Lors d’un conflit où les personnes impliquées souhaitent une médiation, le.la président.e tire
au sort dans les membres de l’association, ayant manifestés leur envie d’être médiateurice,
2 personnes. Ces personnes sont alors désignés comme médiateurices pour résoudre le
conflit en entamant la médiation.
Les personnes en conflit et les médiateurices ont 3 jours pour valider ou refuser l’équipe de
médiation. Ces 3 personnes ne peuvent refuser qu’une seule fois l’équipe. C’est à dire que
le médiateur peut refuser le rôle qui lui est attribué. De même les deux personnes
concernées par le conflit peuvent chacune refuser une fois la personne désignée en tant que
médiateurice. Une fois l’équipe constituée, ces 3 personnes se mettent d’accord sur une
date de rencontre et une procédure. Cette procédure fonctionne jusqu’à résolution ou
abandon du conflit. Pour que l’association reste un espace safe et bienveillant, le but de la
médiation est de trouver une solution au conflit.
.

4- Rôles du.de la Président.e et du.de la Trésorier.ère

 

Le Bureau élu est constitué de :

1° Le.la président.e

2° Le.la trésorier.e :

  • peut déléguer ses tâches à une ou plusieurs personnes qu’iel désigne, mais reste l’entier.ère responsable et référent.e de la gestion financière de l’association.
  • tient les comptes de l’association tout au long de l’année et gère ses ressources financières. Un fichier consacré à la gestion du budget doit être visible par les membres de l’association.

 

3°Le.la Co-Président.e

4°Le.la Co-Tresorier.ère

  • L’ensemble des personnes nommées à ces postes doivent venir avec l’attribut représentant leur poste à l’ensemble des Assemblées Générales.
  • La personne doit être élue lors de chaque Assemblée Générale ordinaire et ne peut se présenter à plus d’un seul poste par AG.
  • Il n’y a pas de limite au nombre de mandats à ces postes.
  • Il est possible de proposer l’ajout ou la suppression d’un ou plusieurs nouveaux postes lors des Assemblées Générales.
  • La liste des postes annexes ne peut pas être supérieure à une dizaine de postes.
  • Il n’est pas obligatoire que chaque poste annexe soit pourvu.

 


 

5- Période d’occurence de l’Assemblée Générale ordinaire annuelle

Les membres et le bureau se réunissent en Assemblée Générale ordinaire  une fois par an conformément aux statuts: cette Assemblée Générale devra avoir lieu entre le 15 mars et le 15 avril.

 


 

6-Cotisations

Les cotisations sont annuelles et doivent être versées en une seule fois par tout.e membre sous peine d’exclusion. Il est néanmoins possible de demander un paiement décalé (hors délai prédéfini aux points ci-dessous) et/ou en plusieurs fois. Cet accord doit se faire par écrit avec le.la trésorier.ère.

 

Les tarifs :

  • 10€ /an pour le tarif plein
  • 5€ /an pour les tarifs réduits (Les personnes éligibles au tarif réduit, sous présentation du justificatif, sont : les chômeur.euse.s, les étudiant.e.s, les mineur.e.s, les personnes aux minima sociaux (RSA, AAH, ASI, ASS, PTS, ATA, AV, ASPA, RSO…)).

 

Pour les nouveaux.lles membres:

  • Les cotisations doivent être versées au plus tard un mois après la date de l’adhésion
  • Toute personne ne s’étant pas acquitté.e de sa cotisation avant le 1er mars ne pourra pas voter à l’Assemblée Générale Ordinaire de l’année en cours.

 

Pour les ancien.ne.s membres :

  • Les renouvellements de cotisations doivent être versées entre le 1er janvier et le 29 février de chaque année civile

 


 

7- Procédure de procuration

Les procurations pour les Assemblées Générales sont limitées à 3 par membre présent.e à l’Assemblée Générale, conformément aux statuts. Le.la membre représenté.e fournit un formulaire de procuration daté et signé à son nom, en version papier ou numérique, à un.e membre présent.e à l’Assemblée Générale.

 


 

8-Procédure de démission

Tout membre souhaitant démissionner doit remplir un formulaire de démission spécifique (possible en ligne) et l’envoyer par mail à l’association. Un accusé de réception sera renvoyé au.à la démisionnaire.

 


 

9- Radiation

Toute personne ne respectant pas le règlement intérieur s’expose à la possibilité d’être radié.e, conformément aux statuts. La radiation sera effective à la réception d’un courrier recommande avec accusé réception.

Sous cas particulier un recours est possible auprès du bureau. Une demande doit lui être adressée d’un courrier recommandé avec accusé réception, 15 jours maximum après la réception du recommandé lui notifant sa radiation. La procédure de recours se déroule de la même manière que la procédure de radiation. Le nombre de recours est limité à un seul par membre.

 


 

10- Organisation des projets

Chaque projet, réunion ou évènement public doit être encadré par deux référent.e.s afin de garantir la meilleure tenue possible de celui-ci. Si deux référent.e.s ne se sont pas proposé.e.s, le projet, la réunion ou l’évènement ne peut se lancer.Il est préférable qu’une
personne expérimentée aide une personne non expérimentée souhaitant devenir référente.

 


 

11- Réactivité lors de consultation des membres

Quand une proposition ou un vote est soumis à l’ensemble des membres ou à un groupe donné, chaque membre a une semaine maximum pour donner son avis et/ou voter. Dans le cas contraire, une absence de réaction dans la semaine impartie sera considérée comme une approbation. Cela a pour but de ne pas bloquer les membres travaillant sur un projet, une réunion ou un évènement et permet à l’association de rester dynamique.

 


 

12- Fonctionnement entre membres :

L’association s’organise autour d’un fonctionnement sans hiérarchie. Chacun.e peut faire des propositions, prendre en charge des projets et donner son avis à tout moment (en cas de consultation des membres se réferer au point 11).

 

L’association fonctionne via un travail collaboratif, en unissant les forces et les compétences de chaque membre. Chaque membre s’investit dans l’association à la hauteur de ses disponibilités et de ses envies.

L’association est composée de commissions permettant l’organisation de celle-ci. Toutes
personnes souhaitant s’y investir le peuvent. II n’y a pas d’élection sur ces postes-là pour ne
pas créer de hiérarchie. Les commissions sont les suivantes :
– Commission Média
– Commission Secrétariat
– Commission Trésorerie
– Commission Accueil et gestion des membres
– Commission Technique
– Commission Projets

 

 

 

Règlement intérieur de l’association Féministes Plurielles. Avril 2018
Nous utilisons l’écriture inclusive et l’accord de proximité