Depuis un an maintenant, Féministes Plurielles prépare une série d’événements qui auront lieu tout le mois de novembre à l’Université de Nantes et ailleurs afin de sensibiliser au harcèlement sexuel en milieu universitaire. Dans le contexte des témoignages #Metoo et #Balancetonporc, dénoncer le harcèlement sexuel et réfléchir à des solutions ensemble semble plus que jamais une question d’actualité.

> In English below !

Le harcèlement sexuel, un comportement un peu trop banal

Tout d’abord, une définition : “Le harcèlement sexuel est le fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante” (Art.222-33 §I du Code Pénal).

Le harcèlement sexuel, comme l’ont rappelé beaucoup de féministes et de journalistes, ce n’est donc évidemment pas de la drague, c’est encore moins “juste une blague”. Ce n’est pas drôle. C’est même grave. Et comme tout comportement grave portant atteinte à autrui, c’est puni par la loi : “Les faits mentionnés aux I et II sont punis de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende” (Art.222-33 §III du Code Pénal).

Mais si c’est si grave, comment expliquer que ce soit un phénomène si répandu ? Tout d’abord, parce que le harcèlement sexuel, comme tout type de harcèlement, est insidieux, ne se montre pas toujours. La personne qui en est victime peut même douter en avoir jamais vécu, et c’est donc parfois la confrontation de son vécu avec le vécu d’autres personnes victimes du harcèlement qui lui permet d’en prendre conscience. D’où l’importance d’une libération de la parole des personnes victimes de harcèlement, avec ou sans hashtags.

Mais surtout parce qu’une société construite avec un schéma de relations femmes-hommes basé sur la domination masculine et la culture du viol va contribuer à culpabiliser les victimes et donner l’impunité aux agresseurs. Aujourd’hui, il ne fait pas bon être victime de harcèlement sexuel, agression sexuelle ou viol : il n’y a qu’à voir la façon dont les personnes sont traitées au commissariat lorsqu’elles portent plainte. Aujourd’hui, il ne fait même pas bon se balader seule dans l’espace public quand on est identifiée femme : il n’y a qu’à voir le nombre de personnes qui se font siffler, suivre voire agresser dans la rue et les transports en commun. Alors qu’aujourd’hui, être un agresseur ou un violeur, c’est “normal” car la relation sexuelle est vue comme une contrepartie en échange de la carrière de la personne en face (que ce soit dans le milieu du cinéma, le milieu du travail en général ou la politique), c’est même “viril” car cela permet à l’homme de montrer à ses pairs qu’il a encore du pouvoir sur les femmes, etc. On devrait même être désolées pour ces pauvres messieurs qui se sont fait dénoncer dernièrement (et encore, peu de personnes victimes de harcèlement ont donné le nom de leur agresseur).

Et bien non, on ne va pas s’excuser. Parce que votre petit ego de mâle, on s’en tape. Parce que vos petits privilèges d’hommes blancs qui abusez de votre position de pouvoir pour harceler, agresser, ou violer des femmes, on a bien envie de les briser.

Alors j’entends déjà les “mais non mais pas tous les hommes sont comme ça”, “not all men”, et “des hommes aussi se font harceler et agresser”, etc. Soit. Mais avons-nous le temps de traiter au cas par cas ? Avons-nous le temps de faire dans la nuance, quand une femme est violée toutes les 7 minutes en France ?

Le harcèlement sexuel est un problème global, fruit d’une société patriarcale, qui touche toutes les populations, dans tous les milieux, aisés ou pauvres, au travail ou à la maison. C’est donc un problème qui concerne TOUT LE MONDE.

Le harcèlement sexuel est aussi présent à l’Université

A Féministes Plurielles, nous avions choisi il y a un an de cela de traiter du harcèlement sexuel en milieu universitaire. Parce que cela nous touche personnellement, que nous connaissons bien le milieu étudiant. Mais surtout pour les raisons suivantes :

Parce que…

On a tendance à croire que le harcèlement n’existe pas dans l’enseignement supérieur, cependant il est évident que ce monde n’y échappe pas, étant situé entre l’école et le travail, c’est un terrain particulièrement ambiguë dans lequel il est plus difficile d’identifier et de se prémunir du harcèlement.

On prétend qu’il n’existe pas donc on ne réalise pas qu’on en subit, puisqu’il porte le nom de “grivoiseries”.

On se dit que ce n’est que pour quelques années d’études, donc pas la peine d’entamer des procédures pour si “peu” de temps.

On se dit que c’est “normal” qu’il faut en passer par là pour avoir son année/être accepté-e etc.

On se sent insignifiant-e devant un système qui n’aide pas ou ne reconnaît pas le harcèlement : pas d’antenne pour informer et soutenir en cas de harcèlement, enseignants harceleurs à peine punis en étant mutés ou mis à la retraite, voire pas du tout inquiétés etc.

Or, le harcèlement sexuel est bien présent à l’Université. Il prend plusieurs formes :

  • Remarque sur le physique ou les vêtements, moqueries déstabilisantes, blagues sexistes, commentaires à connotation sexuelle ;
  • Sifflements, regards insistants ;
  • Questions et confidences intrusives sur la vie privée ;
  • Photos du personnel et/ou des étudiant-es prisent à leur insu ;
  • Propositions sexuelles, chantage sexuel, répété ou non ;

Alors comment faire ? Comment identifier les situations de harcèlement, que l’on en soit directement victime ou que l’on en soit témoin ? Comment réagir ? A qui s’adresser ? C’est à toutes ces questions que nous vous invitons à réfléchir lors de notre série d’événements intitulé “Harassment, no More!” (le harcèlement, on n’en veut plus/ça suffit !).

Un mois d’événements pour sensibiliser et lutter contre le harcèlement sexuel à l’Université

Que vous soyez étudiant-e ou enseignant-e, personnel de l’Université ou personne extérieure à l’Université, venez participer à un mois de débats et d’actions contre le harcèlement sexuel à l’Université. Voici le programme :

 

VERNISSAGE DE L’EXPOSITION

mercredi 8 novembre, 17h-19h

Pôle étudiant – Campus Tertre

Cette série d’événements sera introduite par le vernissage de l’exposition d’oeuvres de Méryle, Marine Spaak, Thomas Matthieu, Christelle, Marion, Célia au Pôle étudiant de l’Université de Nantes. Venez nombreux-ses pour découvrir ou redécouvrir ces artistes et commencer à échanger avec autour du thème (et d’un buffet à prix libre). Le vernissage sera ponctué par l’intervention théâtrale de membres de l’association Bonny Read.

DUREE DE L’EXPOSITION : du 6 novembre au 1er décembre 2017.

 

ACTION DE SENSIBILISATION INTERASSOCIATIVE

jeudi 16 novembre, 11h-15h

Pôle étudiant – Campus Tertre

Féministes Plurielles sera entourée d’étudiant-e-s d’autres associations et organismes universitaires et/ou nantais-es pour échanger et répondre à vos questions sur le harcèlement sexuel et ses conséquences à la fois sociales, psychologiques et sanitaires sur les étudiant-e-s. Un mur de témoignage sera mis à votre disposition à cette occasion.

Associations et organismes présent-e-s : Bonny Read, ALUN’, APNE

 

 

CONFÉRENCES

samedi 25 novembre, 16h-18h à Pol’N

Le 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, nous vous proposons de venir écouter Alice Etourneau-Llorca du CIDFF et Loick Villerbu de la SBPCPV pour réfléchir ensemble aux causes et aux façons de lutter contre le harcèlement sexuel à l’Université. Un buffet à prix libre sera proposé. Venez nombreux-ses !

 

 

CAFE-DEBAT

(date et lieu à préciser)

Pour clore la série d’événements Harassment, no More! Nous vous invitons à venir participer à un café-débat, dans un environnement safe ouvert à tou-te-s, pour nous donner votre avis sur les différents événements et discuter ensemble des enjeux de la lutte contre le harcèlement sexuel, à l’Université et ailleurs.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur notre site internet et sur la page facebook Harassment, no More!, où nous rappellerons les dates et lieux des événements au fur et à mesure du mois de novembre.

Le programme est aussi sur notre dépliant disponible en PDF ici !

 Et d’ici là, rendez-vous ce soir à 18h Place du Bouffay pour manifester notre colère !
Parce que “nous aussi, on brise le silence !“

Bon mois de lutte à tou-te-s !

 

Féministes Plurielles.

 

In English:

Féministes Plurielles is an inclusive feminist non-profit organization.This november, Féministes Plurielles organizes a series of events to raise people’s awareness about sexual harassment.

We may think sexual harassment doesn’t occur in college but it does. It may be more difficult to identify it and protect oneself since for the victims it’s also understood as the only way to get what they want (graduating from college, starting a master degree or a thesis…). What is harassment ? We will give you some answers through an exhibition, a wall of testimonies, sketches, conferences, meetings…

Everyone may be concerned by harassment, either as a victim, or as a witness. Come and join us to talk about it. We provide a safe environment.

VERNISSAGE OF THE EXHIBITION

Wednesday, november 8th, 5PM – 7PM

Pôle étudiant – Campus Tertre

We have selected a few artists, such as Méryle, Marine Spaak, Thomas Matthieu, Christelle, Marion and Celia who accepted to exhibit their works at the Pôle Etudiant.

EXHIBITION : from november 6th until december 1st

MEETING

Thursday november 16th, 11AM-3PM

A few non-profit organizations gather around Féministes Plurielles to listen to you and answer your questions about harassment. Come and write on our wall of testimonies.

With the participation of Bonny Read, ALUN’, APNE, (ERS)

CONFERENCES

Saturday november 25th, 4PM-6PM

Place to be determined

November 25th is the International Day for the Elimination of Violence against Women. On this day, Féministes Plurielles planned a conference to give you a chance to brainstorm about harassment and the ways to fight it.

MEETING

Place and date to be determined

To put an end to our series of events Harassment, no More !, we welcome you to exchange about the exhibition, the conferences, your experiences… We want to hear from you and have your opinion on the various events.

You can also download the whole flyer here!

Sources :