* Le dessin a été réalisé par Méryle, du blog « Tu es normal.e »

Ça n’a pas tout de suite été le coup de foudre entre le yoga et moi, quand j’ai voulu découvrir cet univers ça a été une horreur. Je suis allé à un cours donné à l’université sans savoir ce à quoi j’allais assister, ni même qu’il n’existait pas qu’un yoga.

Pas d’ambiance sereine sur fond de musique apaisante mais un yoga dit “dynamique”, prôné par un maniaque de la souplesse sans sympathie pour les débutant-es.

Pourtant souple, je me suis sentie comme une grosse nulle pendant ce cours, au point d’aller pleurer à chaudes larmes. Je sais faire un tas de choses avec mon corps, mais pas de la même manière que les gens minces, ce qui lors de ce cours n’a absolument pas été pris en compte.

Devant cet essai foireux j’ai décidé de ne plus jamais remettre les pieds dans un cours de yoga, et de me tourner vers la magie de la vidéo.

J’ai donc commencé le yoga par moi-même, dans mon salon, avec un tapis tout naze et un DVD du yoga pour les nuls… Et j’ai adoré !

A cette époque j’étais très angoissée, surtout quand arrivait la nuit (toi-même tu sais) et pratiquer quelques exercices simples de respirations alliés à un mouvement m’ont aidé à me détendre. Parce que mettre les bras en l’air induit un effet positif sur ton corps, donc couplé à une respiration sereine ça évite de se shooter aux médocs et ça c’est bien.

Je n’ai pas eu une pratique régulière pendant un moment, puis j’ai repris plus sérieusement.
 

J’ai vite compris qu’un vrai tapis de yoga serait un avantage non négligeable. Le tapis que j’avais jusque là était le tapis premier prix, celui qui glisse tout en collant aux pieds. Difficile de tenir certaines positions dans ces conditions.

Mon nouveau tapis est plus grand et plus épais. Je ne dépasse plus du tapis en faisant le cobra, je ne glisse plus en faisant le chien tête-en-bas et je ne me fait plus mal aux genoux : Le bonheur !

Mais ce DVD, aussi utile soit-il pour débuter, ne m’a pas suffit pour avancer. Il y a beaucoup de positions, de variantes et de types de yoga. J’ai donc regardé ce qu’internet me proposait en terme de vidéos yoga. D’autant que les niveaux débutants et intermédiaires sont assez flous, j’ai donc pu adapter des positions que je maîtrisais en les corsant, rajouter des étirements etc.

J’ai également découvert le “yoga nidra”. Point de mouvements pour celui-là qui est davantage une méditation guidée. Mais à l’inverse de la méditation classique, celle-ci est très profonde et permet même aux moins avertis de s’y plonger.

Je n’ai découvert que récemment qu’il existait un yoga pour les personnes plus-size. Pas très différent en soi mais plus adapté. Ce qui a fait remonter mon estime personnelle. J’ai également découvert Jessamyn Stanley, cette incroyable yogi qui défie les codes modernes du yoga en assumant ses rondeurs et sa couleur. Rien n’est impossible, elle en est la preuve.

Concrètement le yoga m’aide à me détendre, à détendre mes muscles après une séance de sport, à me calmer et me ressourcer après une journée stressante. J’ai eu la cheville cassée et le yoga m’a permis de travailler mon équilibre et de réveiller ma cheville. En bref il m’aide à me sentir bien et à écouter mon corps, à me relier avec lui. Et j’ai envie d’aller plus loin, de tester des positions plus complexes et pourquoi pas de moi aussi devenir yogi et d’enseigner un yoga pour tou-te-s ?

En tout cas ma décision de ne plus remettre les pieds dans un cours de yoga sera revue le samedi 6 mai, car je compte bien aller voir ce cours de yoga positif et m’y épanouir.

Et si je n’arrive pas à suivre, ce n’est pas grave, aujourd’hui je sais que je dois me respecter sans avoir à me comparer aux autres et que mon rythme est le bon rythme.

[Nous organisons notre premier yoga body positif à Nantes.
Le cours est actuellement complet, mais nous espérons vous proposer un nouveau cours rapidement.
Restez en veille !]