L’insulte “salope” fait parti de la panoplie de cette pratique nommée “slut-shaming”.

Le “slut-shaming” que l’on peut traduire par “couvrir de honte les salopes” est une pratique visant à juger les femmes et uniquement les femmes menant une vie -sexuelle notamment- hors des normes, que ce soit avéré ou non.

Ainsi une femme assumant sa sexualité sera traitée de salope, non seulement par les hommes mais aussi par les femmes.

Se dénigrer entre femmes

Il est assez perturbant de constater que les femmes elles-mêmes usent de cette insulte, dénigrant et jugeant leurs consoeurs. En faisant cela elles ne font qu’appliquer un mécanisme de contrôle de la société patriarcale.

Juger ces consœurs parce qu’elles ont une vie sexuelle hors normes avérée ou non, c’est à dire pas en couple et pas monogame au sein d’une société hétéro-normée et monogame, c’est leur dire qu’elles agissent mal et leur demander de revenir du côté de la norme, du côté du contrôle patriarcal. De cette norme qui veut qu’elles soient bien tranquilles, ne possèdent pas de sexualité qui pourrait les affranchir ou leur faire remettre en question les codes de la sexualité et qu’elles laissent la place aux hommes.

C’est entretenir l’idée qu’une femme couchant avec différents partenaires ne se respecte pas.

Les hommes craignent-ils les salopes ?

En effet, traiter une femme de salope c’est lui rappeler qu’elle n’est pas là où la société voudrait qu’elle soit, qu’elle n’est pas ce que la société patriarcale voudrait qu’elle soit. En réalité une salope n’est autre qu’une femme assumant pleinement sa sexualité, reconnaissant ses désirs et les assumant. Ainsi elle ne dépend plus de l’homme pour avoir son plaisir et ça, certains hommes le perçoivent comme une menace. Et surtout elle remet en cause cette domination sexuelle que les hommes ont toujours eu, et qui reste très présente dans l’imaginaire collectif.

Une femme émancipée est dangereuse pour le patriarcat.

Quelles conséquences ?

Traiter une femme de “salope” n’est pas anodin. Derrière ce terme s’est cristallisé une imagerie violente et dangereuse. Oui dangereuse.

On ne vas pas se mentir, quand tu as une certaine conduite, la majorité de la société te considère comme une salope et donc va globalement considérer que tu mérites une sanction puisque tu joues avec le feu.

Dans l’imagerie populaire une salope ne se respecte pas, donc pourquoi la respecter ?

Coucher avec plusieurs partenaires c’est donc ne pas se respecter, ainsi pourquoi lesdits partenaires la respecteraient-elle ? Pourquoi lui demander son avis, puisqu’elle est une salope avérée et que -toujours dans cette imaginaire malsain- une salope ne dit jamais non.

Ce n’est même plus le fait de dire oui ou non, c’est simplement qu’une salope, par son essence, accepte tout.

Et comme notre société a déjà du mal avec la notion de consentement, rajouter un “statut” avérant de la disponibilité d’une personne c’est ancrer encore un peu plus la culture du viol et l’idée que les hommes peuvent faire tout ce qu’ils veulent.

En somme, traiter une personne de “salope” c’est la déshumaniser et c’est valider toutes les violences qu’elle pourrait subir.

Certains faits divers assez navrants ont prouvé que les femmes violées, dont il est avéré qu’elles possèdent une vie sexuelle variée, ont, dans l’opinion publique, mérité ce viol.

Parfois c’est même la raison invoquée par le violeur : “C’était une salope de toute façon”.

Ça dédouane un peu plus les violeurs, ce n’est plus une femme, ce n’est plus une personne, c’est une salope. Comme son comportement est contraire à la norme, comme elle n’est pas à sa place de femme respectant les normes patriarcales, il est permis de faire ce que l’on veut d’elle, de la punir en quelque sorte.

Il est intéressant de constater que cette insulte revient très régulièrement dans le harcèlement de rue.

Si une femme refuse des avances, son harceleur conclura généralement par un “salope”, une manière de se dédouaner de son comportement. Car après tout si cette personne n’a pas accepté ses avances alors qu’elle était dans l’espace public, dans une société patriarcale et donc sous son contrôle, c’est qu’elle est hors norme et donc une salope.

Expérience sociale

Faites un test avec la chanteuse Nickie Minaj, ou la business woman Kim Kardashian, les gens vont spontanément se mettre à les dénigrer et pire ne ressentir aucune empathie pour elles. Parlez du vol qu’a subi Kim dans sa chambre d’hôtel, les gens n’auront pas d’empathie, diront même qu’elle l’a mérité ou encore que “de toute façon c’est une salope”.

Alors que sincèrement, qu’est-ce sa vie sexuelle vient faire là-dedans ? Un vol est quelque chose de très éprouvant voire traumatisant, et certains voleurs vont jusqu’à violer leur victime.

Et Kim Kardashian ne mérite pas d’empathie simplement parce qu’elle assume son corps et sa sexualité ?!

Et si on arrêtait de tout ramener au sexe ? De juger la sexualité des gens, surtout celle des femmes ? Et si on arrêtait de se juger entre femmes ?

C’est déjà problématique quand des hommes traitent des femmes de salope, mais ça l’est encore davantage quand les femmes le font, perpétuant ainsi le sexisme dont elles sont elles-mêmes les victimes. Vers qui peuvent donc se tourner ces “salopes” pour se sentir soutenues, pour se sentir considérées comme des êtres humains ?

Et si on commençait à être vraiment solidaires ?

femme féminisme dictionnaire signification