[TW : viol et violences physiques]

Il y a quelques semaines, j’ai commencé, sur recommandation, la série « Sweet/Vicious ».

Jules est la parfaite étudiante américaine, bonnes notes, membre d’une sororité, tout semble lui réussir. Mais derrière ce bonheur de façade, elle cache un lourd secret : elle a été victime d’un viol commis par quelqu’un d’intouchable sur le campus. Bien décidée à faire payer le responsable, à se rendre justice et à empêcher que d’autres étudiantes ne vivent la même chose, Jules décide de faire justice, elle-même, la nuit. Rejointe par hasard par Ophelia, une étudiante en droit, hacker et dealer à ses heures perdues, elle part en quête de vengeance.

Cette série n’est pas safe, je ne vais pas vous mentir. Il y a sûrement des choses problématiques, comme certaines paroles, ou même simplement l’idée de la violence comme justice. Mais en tant que victime de viol, je l’avoue, je n’ai jamais cru en la Justice avec un grand J. Nous ne sommes pas prises au sérieux quand nous sommes victimes de viol. Je n’ai pas été prise au sérieux quand j’ai été violée. Nous devons nous justifier de nos vêtements, de notre taux d’alcoolémie, du lieu où on était… on doit se justifier d’avoir juste vécu notre vie comme on en avait envie.

Dans les campus américains, c’est une réalité quotidienne. On cache le peu d’histoires qui sont révélées « pour ne pas gâcher la carrière » des violeurs. En étouffant les affaires, on étouffe aussi la victime, lui faisant du mal et la détruisant elle, au détriment de l’agresseur.

L’agresseur préservé, la victime oubliée.

Voir deux personnages féminins forts se rebeller, vouloir rendre justice dans un monde où il est compliqué de se faire entendre, je trouve ça plutôt chouette ! J’ai un énorme coup de cœur pour ce duo, et j’ai ressenti comme un petit soulagement en regardant cette série. J’ai aussi beaucoup ri et je suis heureuse que le sujet soit traité d’une nouvelle manière.

Une amie m’a dit que ça lui faisait penser à un « Kickass » féministe. Et je suis plutôt d’accord ! Pour le moment, il n’y a que cinq épisodes disponibles. On attend de connaître la suite !

Tout ce que je vous ai dit sur les Campus Américains est aussi vrai dans les Universités Françaises. Nous préparons d’ailleurs une action à l’Université de Nantes, et nous recherchons des personnes qui auraient envie de participer au projet ! N’hésitez pas à nous contacter, tou·te·s les bénévoles sont les bienvenu·e·s !

Et vous, qu’avez-vous pensé de la série ?